Carnet de voyage au Marius de l'audiodescrition

22 Janvier 2019

Carnet de voyage d’une Rochelaise au Marius de l’Audiodescription (édition 2019)

Acte 1 / scène 1

Le mail tant espéré est tombé le 14 janvier au soir.

Il est de Sylvie et me souhaite la bienvenue parmi les jurés. Telle une ado surexcitée, je me précipite sur mon smartphone pour partager la bonne nouvelle.

Il y a quelques années, j’ai découvert l’audiodescription presque par hasard dans la pénombre d’une salle de cinéma indépendant.

Je crois que c’est ma canne blanche qui m’a trahie !

Ou est-ce parce que j’étais venue en repérage des lieux avec mon instructeur en locomotion !

Toujours est-il que la charmante équipe m’a proposé de tester, lors d’une prochaine séance, l’utilisation d’un casque qui allait me raconter ce que mes yeux peinent à voir.

Je n’aurais qu’à le demander en prenant mon ticket. Je peux même, si je le souhaite, les appeler avant la séance pour m’assurer que le film est en version audiodécrite.

Je me souviens avoir pensé que la démarche était adorable mais que cela ne serait pas utile.

C’était sans compter sur ma curiosité naturelle qui, une fois de plus, allait l’emporter.

C’est donc équipée de mon petit boîtier que je pris place au fond de la salle lors de ma visite suivante.

Je venais de pénétrer dans le monde fascinant de l’audiodescription !

Carnet de voyage d’une Rochelaise au Marius de l’Audiodescription (édition 2019)

Acte 1 / scène 2

Mail du 20 janvier...

Je viens enfin de parvenir à m’inscrire sur la liste de discussion éphémère ouverte par les organisateurs. Ma motivation de nouveau juré a triomphé de mon ignorance 2.0 !

Très rapidement les bips de notification s’enchaînent.

A la lecture des messages déposés, je comprends tout de suite que mon enthousiasme débordant et mon excitation sont très largement partagés par mes pairs.

Apparaissent un à un, mes nouveaux compagnons d’aventure.

Il règne une joyeuse pagaille qui n’a rien à envier à une colonie de vacances aux portes de l’autocar !

Heureusement, Sylvie veille de toute sa bienveillance au bon déroulement des opérations.

J’apprends au détour d’un courriel que nous sommes une centaine d’hommes et de femmes, âgés de 18 à 80 ans, en provenance de toutes les régions de France et même de Belgique !

Notre point commun : la déficience visuelle et notre gourmandise de cinéma !

Des jurés de la première heure partagent leur expérience de l’an passé lorsque le 1er Marius était venu récompenser le travail de Morgan Renault et Marie-Pierre Warnault pour l’audiodescription du film Petit Paysan.

Patience ! La deuxième édition est sur le point de démarrer…

Carnet de voyage d’une Rochelaise au Marius de l’Audiodescription (édition 2019)

Acte 2 / scène 1

Depuis le 23 janvier, la liste des films en compétition aux Césars, et de facto au Marius de l’audiodescription, a été divulguée au grand public.

Bonne nouvelle ! Les sept films en compétition sont audiodécrits.

L’effervescence autour de l’évènement prend à présent une toute autre tournure ; les choses sérieuses commencent !

L’équipe organisatrice s’affaire auprès des professionnels pour nous dégoter les bandes indispensables à notre mission.

Nous avons jusqu’au 16 février 23h59 pour retourner notre bulletin de vote. Pas une minute de plus !

Autant dire que le temps est précieux.

En attendant, de l’autre côté de l’écran, il va falloir que je m’organise… ou plutôt que nous nous organisions !

Les « anciens » doivent déjà avoir leur stratégie.

Moi, c’est ma première fois. Je me sens aussi fébrile qu’une débutante à son premier bal !

Pour être sûre de ne pas manquer à ma mission, je lis et relis le règlement intérieur et la présentation reçus précédemment.

Ils seront mes guides tout au long des visionnages à l’aveugle.

Surtout, toujours garder en tête que ce n’est pas le film qu’il nous appartient de juger ici, mais bel et bien la qualité de son audiodescription.

Main sur le cœur, je prête serment !

Carnet de voyage d’une Rochelaise au Marius de l’Audiodescription (édition 2019)

Acte 2 / scène 2

Ça y est ! J’ai enfin cliqué sur « envoyer ». Mon vote est figé, plus de retour possible. Et c’est tant mieux !

Ce fût une lutte sans merci de moi avec moi-même !

Je n’ai pas cessé de tourner et retourner les points dans tous les sens ; un bonus ici, un point en moins par là…  

Et toujours une même obsession : juger l’audiodescription et uniquement l’audiodescription. Ne pas se laisser influencer par mon appréciation de l’œuvre originale.

Croyez-moi, pour la débutante que je suis, cela n’a pas été chose facile.

Aussi la pression de mon doigt sur la souris a provoqué chez moi un agréable sentiment de délivrance.

J’ai immédiatement une pensée émue pour l’équipe organisatrice qui, de l’autre côté de l’écran, reçoit un à un tous les votes à dépouiller.

Quelle expérience que de « visionner » un film audiodécrit totalement à l’aveugle, sans d’autres images que celles enfantées par l’esprit !

Bien que privée de la toile, je n’ai jamais eu la sensation de seulement entendre le film mais bien celle de le voir.

Une fois la vision évincée, la bande son s’en trouve sublimée. L’audiodescription devient alors écrin…

Billets en poche pour Paris, j’ai hâte de rencontrer les artisans de l’ombre capables d’une telle prouesse !

Carnet de voyage d’une Rochelaise au Marius de l’Audiodescription (édition 2019)

Acte 3 / scène 1

Nous y voilà !

Alors que les Césars ont encore quelques jours devant eux pour se faire briquer en vue de la cérémonie tant attendue du grand public, pour notre Marius c’est déjà le grand soir !

En passant les portes du Centre National du Cinéma et de l’image animée boulevard Raspail, je me fais l’impression d’accéder enfin au monde en effervescence qui se cachait, depuis plusieurs semaines, derrière l’écran de mon ordinateur.

Un véritable festival de cannes … sans tapis rouge mais truffes fraîches à volonté !

Ce n’est pas aux Césars qu’ils auront droit à un accueil aussi douillet.

Je ne sais pas qui des membres du jury ou de leurs compagnons à quatre pas se réjouit le plus de ces retrouvailles !  

Nous voilà enfin réunis dans le temple de l’audiodescription où après une cérémonie rondement menée et instructive se trouve enfin dévoilé le nom de l’heureuse élue.

Dune Cherville rejoint Morgan Renault dans le cercle très fermé des prestigieux lauréats du Marius pour son audiodescription remarquable et remarquée du film Pupille.  

Le cocktail dinatoire qui suit est sans doute le seul lieu dans tout Paris où l’on se fait bousculer avec délice. A chaque goutte de champagne renversée, l’éclosion d’une belle rencontre.

Je quitte la soirée le cœur au chaud avec l’agréable sentiment que l’aventure ne fait que commencer.

Carnet de voyage d’une Rochelaise au Marius de l’Audiodescription (édition 2019)

Acte 3 / scène 2

Voilà ! Les portes de la seconde édition du Marius ferment aujourd’hui !

Après la cérémonie du 19 février dernier, les nombreux échanges intervenus entre les jurés ont été, pour moi, riches d’enseignement.

Ils ont mis en lumière toute la complexité du monde de l’audiodescription tant dans sa création, que dans sa diffusion mais aussi dans les attentes du public auquel elle s’adresse.

Alors si la liste de discussion éphémère se referme aujourd’hui, n’allez pas croire que toute la vivacité de ce monde est vouée à l’endormissement.

Bien au contraire. Le compte rendu dressé par Sylvie et toute son équipe énonce d’ores et déjà les axes d’amélioration pour l’édition prochaine.

Le Marius poursuit sa route et il n’est pas seul !

Les membres du mystérieux « panel » dont j’entends parler depuis le début de cette aventure poursuivent leur marche.

Leur mission : promouvoir l’audiodescription de qualité tant au cinéma qu’à la télévision.

Leur ambition : que les personnes en situation de déficience visuelle ne soient plus laissées sur le bord de la route mais aient accès à la culture véhiculée par l’image comme tout un chacun.  

Tels des chevaliers de l’ombre ils se dressent désormais sur ma ligne d’horizon ... Christèle, Marie-Laure, Yves – Henri et moi-même venons de rejoindre la joyeuse troupe !

Carnet de voyage d’une Rochelaise au Marius de l’Audiodescription (édition 2019)

Epilogue

Depuis ma dernière galette engloutie dans ma crêperie préférée aux portes du jardin du Luxembourg il s’en est passé des choses !

A mon retour du Marius, c’est avec excitation que j’ai retrouvé mes deux tours et tous mes projets en cours.

C’est que les choses bougent à La Rochelle autour de l’audiodescription !

Le comité de Charente-Maritime de l’AVH ne manque pas une occasion de promouvoir les spectacles audiodécrits qui se produisent sur le département.

Cela va de pièces de théâtre jouées à La Coursive, en passant par La Coupe d’Or de Rochefort en allant même jusqu’à une représentation de Hip Hop au Centre Chorégraphique National.

Chacun de ces spectacles est porté par une véritable prouesse audiodécrite vers un public déficient visuel de plus en plus nombreux au rendez-vous.

C’est l’occasion d’échanges privilégiés tant avec les artistes de la scène qu’avec ceux de l’ombre qui murmurent à nos oreilles.

Une vraie richesse qui va se poursuivre très prochainement dans les salles obscures de La Rochelle grâce à la complicité indispensable de directeurs de cinéma qui s’affairent sur les derniers réglages techniques.  

Le Festival International du film de La Rochelle rejoint la ronde et proposera en avril un atelier permettant de collaborer à l’audiodescription d’une œuvre cinématographique qui sera projetée cet été lors de sa prochaine édition.

Alors rochelais, charentais maritime ou personnes de passage sur notre beau territoire, tenez-le-vous pour dit … en 2019 il va falloir sortir vos oreillettes !