« Journée Mondiale du Diabète » Jeudi 14 novembre 2019 A l'espace ENCAN de La Rochelle

04 Octobre 2019

Association Charentaise de Recherche et d’Education Diabétique ACREDIA - Atlantique Diabète

 

Flyer Journee Mondiale dabete

 

 

 

 

Journée Mondiale du Diabète » Jeudi 14 novembre 2019

 

A l’espace ENCAN de La Rochelle

descriptif en image du déroulement de la journée
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Journée Mondiale du Diabète
1 ) 
L’Association Charentaise de Recherche et d’Education Diabétique (ACREDIA) organise, avec ses partenaires, la 29e Journée Mondiale du Diabète (JMD) sur le thème « la famille et le diabète ».
 
Cette journée, destinée au grand public et aux professionnels de santé, se déroulera le Jeudi 14 novembre 2019 de 9h à 17h à l’Espace ENCAN de La Rochelle. L’entrée est libre et gratuite.
 
Les partenaires de cette journée seront : le Groupe Hospitalier La Rochelle - Ré - Aunis, la Mairie de La Rochelle, des associations d’usagers (AFD17, AIRPC, Hémochromatose PC, Valentin Haüy…), des prestataires de services, Harmonie Mutuelle, la CPAM.
 
Lancée en 1991, la Journée Mondiale du Diabète est une initiative de la Fédération Internationale du Diabète (FID) et de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Elle est célébrée dans 160 pays du monde par plus de 200 associations membres de la Fédération Internationale du Diabète (FID), des prestataires de soins de santé et des personnes ayant un intérêt pour le diabète.
 
Créée en réponse à l'inquiétude suscitée par l'incidence croissante du diabète dans le monde, véritable pandémie (425 millions de diabétiques dans le monde, 622 millions d’ici 2040 d’après l’OMS, Atlas IDF 2017), et par la gravité des complications d’un diabète mal pris en charge, elle est célébrée chaque année le 14 novembre. Cette date marque l'anniversaire de Frederick Banting qui, avec Charles Best, sont les précurseurs de la découverte de l'insuline en 1922.
 
Le thème pour l’année 2019 est « la famille et le diabète ». L’objectif est de sensibiliser l'impact du diabète sur la famille, de soutenir le réseau des personnes touchées, de promouvoir le rôle de la famille dans la prise en charge, la prévention et l'éducation du diabète.
 
Dans le monde, plus de 425 millions de personnes présentent un diabète, majoritairement un diabète de type 2, qui peut être évité en grande partie grâce à une activité physique régulière, à une alimentation saine et équilibrée et à la promotion de milieux de vie sains. Les familles ont un rôle clé à jouer dans la lutte contre les facteurs de risque modifiables du diabète de type 2 et doivent recevoir l'éducation, les ressources et l'environnement nécessaires pour mener une vie saine.
 
Une personne sur deux ayant un diabète de type 2 n'est pas diagnostiquée. Un diagnostic et un traitement précoces sont essentiels pour prévenir les complications du diabète et obtenir de bons résultats. Toutes les familles sont potentiellement touchées par le diabète et la connaissance des signes, des symptômes et des facteurs de risque de tous les types de diabète est donc essentielle pour aider à le détecter rapidement. Moins d'un membre de la famille sur quatre a accès à des programmes d'éducation sur le diabète. Il a été démontré que le soutien familial dans les soins du diabète a un effet substantiel sur l'amélioration des résultats de santé pour les personnes atteintes de diabète. Il est donc important que tous les diabétiques et leurs familles aient accès à une éducation et un soutien continus à l'autogestion du diabète afin de réduire l'impact émotionnel de la maladie qui peut entraîner une qualité de vie négative.
 
Au travers de ses deux programmes d’éducation thérapeutique (diabète de type 1, diabète de type 2), l’ACREDIA a pour objectif d’aider les patients et leur entourage à mieux prendre en charge leur
 
2 )
 
maladie et à améliorer leur qualité de vie. (pour plus de renseignements, rendez vous sur notre site internet et notre page facebook).
 
Les activités de la JMD seront consacrées au dépistage du diabète et de ses complications, à la promotion d’une alimentation saine et d’une activité physique, à leur importance dans la prévention et le traitement du diabète, à la gestion efficace de la maladie pour éviter les complications et au mieux vivre avec son diabète.
 
 
L’ACREDIA et ses partenaires proposeront :
 
 
une conférence débat sur l’actualité en diabétologie, animée par le Dr Gouet, diabétologue.
 
un atelier de théâtre sur le vécu au quotidien de la maladie chronique (écriture et mise en scène par les patients et leur entourage de scènes, encadrées par la troupe de théâtre l’Espérance et l’équipe de l’ACREDIA). Représentation auprès du public des scènes élaborées pendant l’atelier par les comédiens ;
 
un concours amateur de pâtisserie ouvert à tous avec, à l’issue, la réalisation d’un livret de recettes ;
des ateliers pratiques : atelier de cuisine, découverte de la sophrologie, Zumba adaptée, vivre avec une personne diabétique et le point de vue de l’entourage, alimentation et pleine conscience, législation et diabète, initiation à la relaxation.
 
un stand de dépistage gratuit du diabète, des facteurs de risques cardiovasculaires et d’informations « tabac » animé par les infirmières du service de diabétologie et les infirmières de pneumologie du Centre hospitalier de La Rochelle ;
 
des conseils individuels podologiques donnés par un pédicure-podologue ;
 
des conseils de soins dentaires donnés par un médecin odontologiste ;
 
la rencontre avec des associations de patients ainsi que des stands de prestataires.
 
 
3 ) 
 
Le diabète, parlons-en
 
pour mieux le comprendre
 
Le diabète est une maladie chronique qui constitue un problème majeur de santé publique tant par sa prévalence en forte augmentation que par la gravité des complications qu’il génère et par l’impact sur la qualité de vie des personnes atteintes.
 
C’est une maladie en forte progression partout dans le monde : 425 millions de diabétiques en 2017 (prévalence de 8,8%) et 622 millions de diabétiques en 2040 (soit une prévalence de 9,9%). 327 millions des personnes atteintes de diabète ont entre 20 et 64 ans, 123 millions ont plus de 65 ans. Pas moins de 212,4 millions de personnes ne savent pas qu’elles présentent un diabète. 17,3% des personnes présentent un prédiabète ou intolérance au glucose, 8,3% présenteront un prédiabète en 2040. 16,2% des enfants nés vivants dans le monde (21,3 millions) sont issus d’une grossesse avec hyperglycémie. 1,1 millions d’enfants ont développé un diabète de type 1 en 2017 avec 133 000 nouveaux cas chaque année.
 
Les complications liées au diabète mal équilibré sont multiples et peuvent être présentes dès le diagnostic : 1/3 des diabétiques ont une rétinopathie, le diabète est la première cause de cécité chez l’adulte; les personnes diabétiques ont 2 à 3 fois plus de risque de développer une maladie cardio vasculaire; l’incidence d’une insuffisance terminale est 10 fois plus élevée chez les personnes diabétiques. Le diabète est responsable seul ou en partie de l’amputation d’un membre inférieur toutes les 30 secondes dans le monde ; les personnes diabétiques ont plus de risque de développer des parodontopathies. Les futures mères souffrant de diabète gestationnel ou d’hyperglycémie pendant leur grossesse courent un risque élevé de transmettre des effets transgénérationnels à leur enfant (sur-risque d’obésité, de diabète, d’hypertension artérielle et de maladie rénale).
 
En 2017, Le diabète a causé 4 millions de décès parli la population âgée de 20 à 79 ans. Ceci équivaut à un décès toutes les 8 secondes. Il représente 10,7% de la mortalité mondiale, toutes causes confondues, pour ce groupe d’âge.
 
Le coût des dépenses de santé était de 727 milliards de US dollars en 2017 (selon les dernières estimations de l’Atlas du Diabète de la Fédération Internationale du Diabète - FID 2017).
 
En France, en 2016, plus de 3,3 millions de personnes prenaient un traitement médicamenteux pour leur diabète (soit 5% de la population). A cela, s’ajoutent les personnes diabétiques qui s’ignorent. Cette prévalence ne cesse d’augmenter en France, particulièrement chez les hommes, les jeunes (<20 ans) et les plus âgés (>80 ans). Toutefois, cette progression enregistre un ralentissement depuis 2009 : le taux de croissance annuel moyen était de 5,4 % sur la période 2006-2009 et de 2,8 % sur la période 2014-2015. On note des inégalités socio-économiques et territoriales marquées que ce soit en termes de fréquence du diabète, et de survenue de complications graves (Santé publique France; 2018.8p).
 
En Poitou-Charentes, en 2010, la prévalence du diabète traité était de 4%, et en Charente-Maritime de 3,8%.
 
 
 
4 )
 
Cette augmentation, probablement d’origine multifactorielle (sédentarité, vieillissement, intensification du dépistage, meilleure espérance de vie) est parallèle à l’augmentation de la prévalence de l’obésité.
 
Ces observations rappellent que le diabète est une pathologie représentant un lourd fardeau. Chaque niveau de prévention, qu’il soit primaire, secondaire ou tertiaire, reste fondamental pour lutter contre la survenue de cette maladie, son évolution et contre les inégalités sociales et territoriales.
 
L’Organisation Mondiale de la Santé a défini le diabète par une glycémie à jeun supérieure à 1,26 g/l lors de deux dosages successifs, ou par une glycémie supérieure à 2 g/l à n’importe quel moment de la journée.
 
Le diabète nécessite une adaptation constante du traitement au cours de la vie. L’objectif du traitement est de normaliser la glycémie mais aussi les autres facteurs de risque associés (HTA, cholestérol…), afin de prévenir l’apparition de complications à long terme tout en maintenant une bonne qualité de vie des patients.
 
Les deux principales formes de diabète
 
Le diabète de type 1 (6% des formes de diabète), autrefois appelé insulinodépendant ou “maigre”, se caractérise par la disparition de la sécrétion d’insuline par le pancréas (insulinopénie). Il touche le plus souvent l’enfant ou l'adolescent mais peut apparaître à tout âge. Il se traite par des injections quotidiennes d’insuline qui permettent de rétablir le bon fonctionnement de l’organisme.
 
Le diabète de type 2, autrefois appelé non insulinodépendant ou “gras”, représente 92% des formes de diabètes. Il apparaît, généralement, après la quarantaine. Il s’explique par plusieurs mécanismes:
 
- une prédisposition génétique ;
 
- le vieillissement de l’organisme ;
 
- une alimentation souvent trop riche en matières grasses entraînant une prise de poids ; - une sédentarité.
 
Il en résulte une altération du fonctionnement du pancréas (insulinopénie), et/ou une mauvaise réponse des muscles et du foie à l’action de l’insuline (insulino-résistance).
 
Le traitement repose sur l’association d’un équilibre alimentaire à une activité physique régulière, puis sur la prise de médicaments (antidiabétiques oraux) associés ou non à des injections d’insuline.
 
Dans tous les cas, le traitement du diabète repose sur l’éducation thérapeutique des patients afin de les aider à gérer au mieux leur maladie tout en maintenant leur qualité de vie.
 
5 )
 
L’Association Charentaise de Recherche et d’Education Diabétique ACREDIA …
 
L'Association Charentaise de Recherche en Diabétologie (ACREDIA) porte des actions d’éducation avec toujours pour objectif d’améliorer la prise en charge du patient diabétique, ou porteur de facteurs de risque cardiovasculaires, par les professionnels de santé, en leur offrant l’aide et le soutien logistique qui pourraient leur faire défaut, en améliorant la coordination des soins. Son action s’étend sur le territoire Nord de la Charente-Maritime.
 
Deux programmes d’éducation thérapeutique sont proposés au patients diabétiques et à leur entourage :
 
L’éducation thérapeutique du patient diabétique de type 2 ou porteur de facteurs de risque cardiovasculaire ;
 
L’éducation thérapeutique du patient diabétique de type 1 aux nouvelles pratiques et innovations technologiques ;
 
 
Les programmes sont menés et animés par une infirmière, une diététicienne et une psychologue. Ils sont coordonnés par l’équipe médicale.
 
C’est toute une équipe qui travaille en lien avec l’équipe de coordination pour améliorer la prise en charge du diabète :
 
196 médecins généralistes
 
60 médecins spécialistes dont 13 diabétologues, 24 angiocardiologues, 13 ophtalmologistes
 
33 diététiciennes
 
49 pharmaciens
 
134 infirmiers
 
62 podologues
 
5 éducateurs médico-sportifs …
 
Les programmes sont financés par l’ARS Nouvelle Aquitaine, dans le cadre du Fonds d’Intervention Régional (FIR).
Une évaluation annuelle et quadriennale de ces programmes sont réalisés par l’équipe de coordination.
 
6 )
 

 

Fiche Contact

 

ACREDIA :

 

Association Charentaise de Recherche en Éducation Diabétique (ACREDIA)

 

Drs Charlotte Djakouré et Didier Gouet, médecins coordinateurs

 

Groupe Hospitalier Saint Louis-Ré-Aunis

 

Rue du Docteur Albert Schweitzer

 

17019 La Rochelle cedex

 

Tél : 05 46 45 67 32 / Fax : 05 46 42 17 88 atlantique.diabete@wanadoo.fr

 

Sites Internet :

 

Pour les soignants : www.atlantique-diabete.net / Pour les usagers : www.atlantique-diabete.com

 

et notre page   : « Atlantique Diabète ».

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
!7